Recueil

Bientôt vous retrouverez ici un florilège des paroles des chansons les plus fredonnées par notre barde (Les filles de Marseille, Hegoak, Les fêtes de Mauléon…).
En attendant, voici déjà celle de Toulon:

La chanson de Toulon

Quand l’ennemi a envahi la France,
Devant Toulon, il a dû s’arrêter.
Il n’a pas pu souiller notre Provence,
Et jusqu’à Lyon, on l’a vu remonter.

Ciel, ciel, protège-nous,
Toulon, Ollioules, La Seyne et La Valette
Ciel, ciel, protège-nous,
Ce beau pays que nous aimons tant tous,
Ce beau pays ou pousse les cailloux.

S’il faut aussi retourner à la terre,
Que les Français retournent à leurs champs.
Les Toulonnais iront l’allure altière
Jouer aux boules du Las au port Marchant.

… refrain …

Quand l’ennemi a décidé son rapt
Sur la marine que nous lui conservions.
Merde aux Anglais plutôt que de nous battre
Si c’est ainsi nous nous saborderons.

… refrain …

S’il faut Seigneur pour que la France vive,
Mourir de faim ! Et bien nous crèverons.
Faîtes crever les enfants de Bretagne
Mais par pitié ravitaillez Toulon.
 LES FILLES DE MARSEILLE
 
Les filles de Marseille,
Quand les beaux jours s’éveillent,
Ont du tempérament, cric, crac.

J’ai rencontré bobonne
Dans les Bouches du Rhône
Au feu de la St. Jean,

Je lui ai dit ma kique
Veux-tu que je t’explique
Les fleurs sentent aussi bonnnnnn.

Je te ferais des choses
Tu en deviendras rose
Peuchère elle me répond.

Fadaaaaaaaaa, dis-moi des mots
Des mots qui m’escagasse, cric, crac

Les gens qui parle pas ça m’agace
Qui ressemble à des statues
Pauvre de moi le silence y me tue.

Si tu veux pas que je sois de glace, cric, crac
Parle-moi bavarde comme une agace
J’t’écouterai jusqu’à demain
Surtout si tu me parles avec les mains.

Lalalalalalala, lalalalalalala, lalalalalala. Cric, crac.
Lalalalalalala, lalalalalalala, lalalalalala. Cric, crac.

A moins que tu préfères
Cinq à six robes chères
Un ranch au Canadaaaaaaa....

Un plein panier de moules,
Une paire de couilles,
Peuchère elle me répond.

Fadaaaaaaaaa, dis-moi des mots
Des mots qui m’escagasse, cric, crac

Les gens qui parle pas ça m’agace,
Qui ressemble à des statues,
Pauvre de moi le silence y me tue.

Lalalalalalala, lalalalalalala, lalalalalala. cric, crac
Lalalalalalala, lalalalalalala, lalalalalala. cric, crac
Lalalalalalala, lalalalalalala, lalalalalala. cric, crac
 Txoria txori (HEGOAK)

Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.
Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.
 
Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
eta nik...
txoria nuen maite
eta nik...
txoria nuen maite.
 
Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.
Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.
 
Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
eta nik...
txoria nuen maite
eta nik...
txoria nuen maite.
Les Fêtes de Mauleon
 
Jusqu'au plus petit coin de Navarre 
De la Soule et même du Labourd 
On parle de Mauléon-Licharre 
Avec envie et beaucoup d'amour 
De Mauléon et ses superbes fêtes 
Si vivantes si pleines d'entrain 
De ses allées de saules coquettes 
De son beau folklore souletin 

Farandole, qui s'envole flambant au feu de la Saint Jean 
Jolies filles qui pétillent dans les bras de leurs chers galants 
Cavalcades, sérénades, irrinzinas et de chansons 
Nuits d'ivresse d'allégresse tout ça c'est les fêtes de Mauléon 

Venez donc un peu voir le programme 
Vous me direz s'il est vraiment beau 
Vous y trouverez messieurs, mesdames 
L'éternelle course de chevaux 
De splendides parties de pelote 
Et un choix de danseurs souletins 
Fandango, danse du verre, gavotte 
Tout ça dans l'ambiance des bons copains 


… refrain …

De splendides parties de pelote 
Et la balle s'en va balader 
De superbes joueurs la galopent 
Et par chance arrivent à l'attraper 
Puis à l'aide d'une chistera 
Ils l'envoient tout là-bas balader 
A baba à baba à Bayonne 
Ou l'on ne boit que pour s'amuser 
 
… refrain …

La nuit c'est la cohue générale 
Du vieux port au fin fond du placho 
Faut voir un peu comment se trimballent 
Nos Marixus et nos Ramuntxos 
Les fougueux bergers de nos montagnes 
Et la jeunesse des environs 
Ont ce soir déserté la campagne 
Pour goûter aux fêtes de Mauléon